170
21
18390
Ou l'histoire d'un grand Secret...

News
Livres
Chroniques
Liens
Forum
Ouvrir
Fermer
Focus
Copyright © ‑ Tous droits réservés ‑ Jean‑Pierre Garcia ‑ http://www.rennes‑le‑chateau‑archive.com
Giscard, son catalogue - Rennes-le-Château Archive

La Maison Giscard                     2/2
Son catalogue et le chemin de croix 52

Rennes‑Le‑Château ou l'histoire d'un grand secret

 

 

 

   L'étude de l'église de Rennes‑le‑Château passe obligatoirement par la connaissance d'une manufacture célèbre à Toulouse, la maison Giscard. En effet, ce statuaire du Sud‑ouest spécialisé dans les ornements religieux est intimement lié aux travaux de restauration de Bérenger Saunière qu'il effectua dans son église Marie‑Madeleine.

 

   Giscard n'est pas seulement un nom usuel de la région, c'est aussi une entreprise familiale sur quatre générations qui eut un énorme développement dans le domaine très particulier de l'artisanat en terre cuite. Son art  était dédié principalement aux objets du culte. La manufacture Giscard est aussi à l'origine de nombreuses ornementations de l'architecture néo‑classique de Toulouse.

 

    Depuis l'année 2005, date à laquelle la famille Giscard fit don de ses archives à la ville de Toulouse, son épopée devint avec l'affaire des deux Rennes une nouvelle légende d'autant que des documents sont apparus comme ce catalogue que Saunière a très certainement consulté...  

 


Le catalogue Giscard (collection Franck Daffos)

 

Ce catalogue rare a été mis en ligne en exclusivité sur RLC Archive avec l'aimable autorisation de Franck Daffos et Didier Héricart de Thury, propriétaires du document.

Je tiens bien sûr à les remercier pour cette contribution unique
qui ravira les passionnés et les chercheurs soucieux d'exactitude
© RLC Archive

 

 


Sommaire

 

       La maison Giscard, une entreprise pas comme les autres

       Le catalogue et le modèle 52 du chemin de croix

 

Le catalogue Giscard...
Une référence pour les chemins de croix

   Comme toute grande manufacture, la prestigieuse maison Giscard avait son catalogue. Indispensable à toute commande, il permettait de choisir en toute connaissance le produit le mieux adapté en fonction de son prix. Les prêtres de la fin du 19e siècle n'échappaient pas à cette procédure. Ils consultaient ce livret afin d'équiper au mieux leur lieu de culte ou leur paroisse, et ceci en fonction des moyens accordés par l'évêché. Or, le cas Bérenger Saunière possède très curieusement une caractéristique supplémentaire : il choisissait systématiquement les produits classés "Extra riche" comme dans le cas du statuaire ou du chemin de croix. C'est ainsi que l'on peut admirer de la maison Giscard la chaire qui fut choisie décorée polychrome, et, on le sait moins, la sculpture du tympan de l'église avec Marie‑Madeleine portant une croix. Cette rénovation sera poursuivie par de nombreuses décorations, dont les fameuses peintures latérales de la fresque à la Montagne fleurie.

 

   Le catalogue présenté ici est une pièce rare originale datée de 1914 et qui fut découverte par hasard lors d'une brocante par Didier Héricard de Thury. Il est fascinant de penser que Saunière le consulta très certainement pour choisir son mobilier de culte. On y trouve bien sûr le fameux modèle de chemin de croix, le numéro 52 de style roman extra riche qui fit couler tant d'encre. En effet, l'un des travaux des chercheurs a été de retrouver le bon modèle de stations sélectionné par Saunière ainsi que de retrouver la trace de tous les chemins de croix identiques vendus à cette époque... Identiques ? Oui, mais à quelques exceptions près... 

 



Le catalogue original Giscard 1914 est au format A4 à l'italienne
sur papier intérieur blanc et couverture toilée cartonnée
(
collection Franck Daffos)

 

N'hésitez pas à le feuilleter...

 

 

 

 

 

TÉLÉCHARGEZ LE CATALOGUE GISCARD...

 

Une version imprimable est proposée en téléchargement sous le format .pdf
Le document a une taille de 51,5 Mo et contient 101 pages

 

Pour télécharger le document, "click droit" sur le lien ci‑dessous
et choisissez "Enregistrez la cible sous..." ou cliquez sur le bouton puis à la fin du chargement enregistrez le document

 

 

   Hormis sa rareté, l'intérêt de cet ouvrage est principalement la confirmation que le chemin de croix de l'église de Rennes‑le‑Château est bien au catalogue Giscard 1914. Il s'agit du modèle style roman en terre cuite extra riche numéro 52 décrit aux pages 52 et 53. Le modèle est présenté sans la polychromie, celle‑ci étant choisie à part en option. Or, on sait maintenant que Saunière eut plusieurs entretiens avec la maison toulousaine pour ajouter quelques spécificités...

 


Le catalogue Giscard à la page 52

 

Le modèle de chemin de croix choisi par Saunière est le n°52

style roman

Matière terre cuite
Décor extra-riche
au prix de 1150 fr.

Hauteur : 1,28 m
Largeur : 0,62 m
Personnages : 0,33 m



Bérenger Saunière sélectionnait effectivement les modèles
les plus luxueux
et donc les plus chers...




Le catalogue Giscard page 53

 


Le catalogue Giscard à la page 53 - Le modèle 52 est à droite

 



La station IX, photo extraite du catalogue 1914, et modèle choisi
par Bérenger Saunière à Rennes‑le‑Château
Style roman, matière terre cuite d'art perfectionnée, extra riche
Hauteur 1m 28 ‑ Largeur 0m 62 ‑ Personnages 0m 33
Prix 1100 francs-or

 

Ce modèle fit l'objet de nombreuses recherches en France par Franck Daffos et Didier Héricard de Thury, le but étant de déterminer les églises possédant un chemin de croix du même modèle
qu'à Rennes‑le‑Château.

   Parmi la quarantaine de paroisses réparties sur le territoire, 6 seulement furent retenues comme ayant un chemin de croix extrêmement proche et avec le modèle 52 Giscard.

   Ce travail en appellera un autre : comprendre et interpréter les différences et les particularités avec celui de Rennes...

 

La station IX dans l'église
de Rennes-le-Château

 

   Pendant très longtemps la question du codage ou non du chemin de croix de Rennes a été un débat de chercheurs très animé et récurrent. Encore aujourd'hui, quelques auteurs prétendent qu'il n'en est rien et que ce chemin serait parmi d'autres bien classique...

   C'est Gérard de Sède le premier qui révéla dans "L'Or de Rennes" en 1967 certaines anomalies, mais personne n'y accorda de crédit excepté quelques illuminés... Il faudra patienter 45 ans pour qu'enfin des pistes convergentes et des indices historiques voient le jour...