> Indices mineurs

 

 

Bérenger Saunière
et le coup du parapluie

Rennes‑Le‑Château ou l'histoire d'un grand secret

 

 

 

   De nombreux détails permettent d'affirmer que Bérenger Saunière était décidément un curé de village particulièrement insolite. C'est en examinant les quelques anciennes photos aujourd'hui disponibles que certains points d'interrogation apparaissent. Voici un exemple à propos d'un parapluie particulier qu'il aimait apparemment montrer aux photographes...

 

 

Un objet banal mis en scène ?

   Le parapluie est un objet très ancien qui faisait partie de la panoplie classique de nos curés de campagne à la fin du 19e siècle. Nombreux se promenaient avec leur bréviaire et leur pépin. Rien de bien anormal.


Bérenger Saunière à gauche tenant un parapluie noir à sa main droite

 

   Donc, rien d'extraordinaire à ce que Saunière soit également muni de cet instrument fort utile dans cette région de l'Aude où les hivers sont pluvieux et rigoureux. Il est d'ailleurs amusant de lire dans les carnets de Saunière, une écriture concernant l'achat d'un parapluie courant 1900.

 

   Pourtant certaines photos mettent en valeur un détail troublant. On y voit Saunière muni d'un parapluie blanc alors que le paysage montre un soleil radieux. S'agirait‑il d'une ombrelle ? Plus étranges, le cliché et la pose sont choisis de telle manière que le parapluie blanc fermé se détache très clairement sur la soutane noire.


Ancienne carte postale de Saunière


On le voit ici montrant son parapluie blanc

 

   Saunière avait‑il l'habitude de prendre une ombrelle blanche les jours ensoleillés ? Pourquoi pas ? Mais avouez que le détail méritait d'être signalé. L'auteur de la photo prit effectivement une grande attention à mettre en valeur cet ustensile tout en restant discret.  Nous n'aurions pas fait mieux aujourd'hui.

 

   La photo prise aux cascades du Saoutadou est le plus bel exemple connu, mais il existe aussi ce cliché pris devant la Villa Béthanie près du bassin circulaire. Une fois encore, notre curé est muni d'un parapluie blanc qu'il montre fièrement.

 


Bérenger Saunière devant la Villa Béthanie pose avec un parapluie blanc

 

 

Une photo curieuse

 

   Enfin, il existe une photo, malheureusement de mauvaise qualité, montrant selon la version officielle Saunière sur le site des Roulers (les Pierres tremblantes) près de Rennes‑les‑Bains. Cette image qui aurait été prise par Boudet lui‑même montrerait Bérenger Saunière assis près des roches tremblantes, toujours avec un parapluie blanc.


Bérenger Saunière aux Roulers ?
(Photo collection J‑C Cathary)


Bérenger Saunière et son parapluie blanc ?

 

 

   C'est en examinant la photo de plus près que l'on se rend compte de l'erreur. Il ne s'agit pas de Bérenger Saunière. Le visage est trop joufflu, le nez est différent, et l'implantation des cheveux montre une calvitie naissante. Mais alors, qui pourrait être sur cette photo ?


S'agit‑il vraiment de Bérenger Saunière ?
Il pourrait plutôt s'agir d'Alfred Saunière

 
Bérenger Saunière


Alfred Saunière

 

   Le personnage cadrant le mieux avec le profil de la photo est vraisemblablement Alfred Saunière, où l'on retrouve ce nez légèrement cassé, cette calvitie naissante côté gauche et ce visage rond. Nous serions donc en présence d'une photo d'Alfred Saunière au Roulers avec un parapluie blanc...

 

   Alfred aurait‑il lui aussi le culte du parapluie blanc ? Pourquoi pas ? Mais alors, qui mettait en scène ces parapluies ? Boudet lui‑même ? puisque apparemment cette photo aurait été prise par lui. Le cliché vient en effet de Jean‑Claude Cathary, un descendant de la famille Boudet. La question devait être posée...

 

Le parapluie, un détail certainement important...

 

   Soit, il s'agit d'un détail anodin ou d'une coïncidence, soit on veut nous montrer un objet qui a son importance dans ce jeu de piste. Il est vrai que ce parapluie blanc apparaît sur des lieux particulièrement significatifs dans l'énigme :

 

   Les cascades du Saoutadou : Un site où règnent eau et pierres

   Le bassin devant la Villa Béthanie : Tout un symbole puisque nous avons un cercle dessiné par le bassin, le tout au centre d'une croix celtique dessinée par les jardins...

 

   Les Roulers : Un lieu très important pour Boudet et que l'on retrouve dans son
      livre "La Vraie Langue Celtique" sous la forme d'un dessin.

 

   Tout ceci serait resté dans l'ombre s'il n'y avait pas un détail peint sur la fresque de la Montagne Fleurie dans l'église de Rennes‑le‑Château. Sur la peinture latérale droite, un personnage avance courbé, un parapluie fermé à la main droite et un document blanc dans chaque main. Cette fresque, on le sait aujourd'hui, est codée et chaque élément est important. Le parapluie a donc ici un rôle à jouer.

 

   Dans le contexte de l'énigme, il est facile d'imaginer ce personnage cherchant une "catin" (faille géologique) tout en s'aidant d'un parapluie...


La fresque latérale droite
 


Un personnage ressemblant à un prêtre courbe l'échine et s'aide de son parapluie

 

   Tout ceci ne permet en aucun cas de conclure sur ces détails surprenants, mais il fallait les décrire de façon objective. Cette curiosité peut ainsi être ajoutée à la montagne d'indices... une montagne déjà très haute...

 

 

 

 

Copyright © ‑ Tous droits réservés ‑ Jean‑Pierre Garcia ‑ http://www.rennes‑le‑chateau‑archive.com