> Les sites remarquables

 

 

Notre Dame de Marceille            3/9
Les médaillons

Rennes‑Le‑Château ou l'histoire d'un grand secret

 

 

 

   On pourrait supposer que le village de Rennes‑le‑Château constitue l'épicentre de l'énigme, le lieu où toutes les thèses convergent, l'endroit où tous les indices se focalisent. Il n'en est rien, bien au contraire. Rennes‑le‑Château et son Domaine construit par Bérenger Saunière ne sont en réalité qu'un support au codage du secret, un site devenu culte et sur lequel les lazaristes déposèrent plusieurs messages à la postérité.  

     Or, pour comprendre la fabuleuse épopée qui au cours des siècles permit de forger l'affaire des deux Rennes, il est indispensable d'enquêter également du côté de Notre Dame de Marceille, un sanctuaire limouxin très particulier par lequel des personnages clés laissèrent leurs empreintes, comme ces mêmes lazaristes et dont le plus emblématique fut Jean Jourde...

 

 

 

Alchimie à Notre Dame de Marceille

   Pour les initiés, l'église comporte des particularités incontestables et une imagerie très particulière. En levant les yeux, on peut facilement observer dans la pénombre de nombreux médaillons muraux assortis de symboles étranges et de petits textes latins.


Le devant de la nef est décoré par
9 médaillons qui suivent
le contour de la voûte


Le fronton arrière est également décoré
par 9 médaillons autour du vitrail

 

   Les 26 médaillons peints sur les murs du Sanctuaire sont basés sur 22 motifs différents. Nous retrouvons d'ailleurs le nombre 22 cher à Bérenger Saunière. Les voûtes avant et arrière comportent chacune médaillons. Quant aux murs latéraux, ils comportent chacun médaillons, un par travée.

   Bien que la multitude de ces images reste discrète dans l'obscurité de l'église, on ne peut rester insensible à certains symboles qui interpellent notre imaginaire comme la représentation de l'Arche d'Alliance, clairement illustrée par l'un des médaillons.

   Tous ces symboles font penser à des allégories alchimiques, mais peut‑être que ceux‑ci ont un autre but, ou une autre signification. En fait il faut savoir que ces médaillons furent peints par Henri Gasc entre les années 1860 et 1862 lors des travaux d'embellissements. Le chanoine n'était d'ailleurs pas seul puisqu'il fut aidé par son ami curé Coste en poste à Pieusse vers 1860.


L'un des nombreux médaillons
présente l'Arche d'Alliance

 

   Ils utilisèrent pour la peinture des murs, des plafonds, et des médaillons des pochoirs afin de garantir un travail de qualité et strictement identique selon les motifs. Compte tenu de l'immense volume de l'édifice, la tâche devait sans aucun doute être démesurée. Et pour remercier son ami Coste, Henri Gasc lui offrit de quoi acheter un superbe orgue pour la paroisse de Pieusse. Mais Coste dut également organiser une tombola pour blanchir cet argent d'origine inconnue (source Franck Daffos).

 

   Après ce travail à ND de Marceille, Coste emporta les pochoirs et les échafaudages à sa paroisse de Pieusse, ce qui lui permit de refaire son église pratiquement à l'identique. Malheureusement, du fait d'une restauration de la paroisse dans les années 1990, il n'est plus possible d'admirer les médaillons de Coste qui nous auraient beaucoup appris.

 


Le médaillon "Maison d'or" au dessus du tableau de Saint Antoine

   Tout est symbole et rien n'a été peint au hasard ni à une quelconque place du Sanctuaire. Sur un total de 26 médaillons, il existe 22 modèles différents, dont 4 médaillons qui ont été répétés.

 

   Et pour montrer par l'exemple que rien ne se fit au hasard, il suffit d'observer le médaillon situé juste au-dessus du tableau de Saint Antoine (là où il était à l'origine, en face de l'entrée), une toile particulièrement importante dans le secret de ND de Marceille. Ce médaillon symbolise l'une des litanies à la Vierge Marie :

 

Domus Aurea ‑ Maison d'or

 

Quoi de plus évocateur que de repérer le tableau de Saint Antoine par
la Maison d'or ?

 

Traduisez... le Sanctuaire d'or...

 

   Gasc voulait par ce jeu de piste montrer le Saint Antoine, précédemment un Saint Augustin qui mène à la chaire et donc à la crypte construite par Mgr François Fouquet au XVIIe siècle. Il voulait aussi nous indiquer l'importante richesse que devait contenir ce Sanctuaire.

 


Maison d'or, priez pour nous


Arche d'Alliance, priez pour nous

 

   Ce n'est pas tout.  Sur le fronton de la nef, au-dessus de l'autel, un médaillon particulier est répété deux fois : celui de l'Arche d'Alliance. Que voulait nous dire également Henri Gasc ?

 

Les 22 médaillons

   Chaque médaillon est en fait une représentation imagée de ce que l'on appelle "les litanies de Lorette" ou "litanies à la Sainte Vierge" et qui sont extraites du Cantique des Cantiques du roi Salomon. On retrouve d'ailleurs souvent les litanies dans des lieux de culte dédiés à une Vierge Noire. Elles énumèrent toutes les qualités religieuses de la Vierge Marie et dans ces prières les formules « Priez pour nous » sont fréquemment redites. Les litanies sont étroitement liées au rosaire.

 

   Le Cantique des Cantiques est un livre poétique des Écritures bibliques racontant l'amour d'une jeune Shoulammite envers un berger et les efforts infructueux du roi Salomon visant à conquérir l'amour de cette jeune fille. Il fut composé par le roi Salomon après la construction du magnifique Temple élevé à Yahwah dans Jérusalem après son mariage, mais avant ses infidélités, ce qui situe la composition de ce chant vers l'an 1010 avant J.‑C. À cette époque, Salomon avait 60 reines et 80 concubines. Ce poème est reconnu pour être d'une beauté extrême, mais ses allusions allégoriques cachent un sens caché et mystérieux.

 

    L'inscription latine "Ora pro nobis" visible sous chaque médaillon se traduit par "Priez pour nous". Voici donc ci‑dessous et mis à la lumière, les 22 motifs différents que l'on peut admirer à ND de Marceille :

 


Janua coeli
(La porte du ciel)


Domus aurea
(La maison d'or)


Fons Signatus
(La fontaine)


Virgo Potens
(Vierge puissante)


Sedes sapientiae
(Le siège de la sagesse)


Sponsa Spiritus Sancti
(Epouse du Saint Esprit)


Mater Dolorosa
(La mère des douleurs)

 


Lilium Interspinas
(Le lis au milieu des épines)

La pureté est un lis qui ne croît plus qu'au milieu des épines


Speculum justitiae
(Le miroir de justice)

 


Virgo praedicanda
(Vierge digne de louanges)


Stella matutina
(L'
Étoile du matin)


Turris Davidica
(La
Tour de David)


Fœderis arca
(L'
Arche d'Alliance)


Santa Maria
(Sainte Marie)


Rosa mystica
(La rose mystique)


Vas spirituale
(Demeure de l'esprit saint
)


Corona Virginum
(Couronne des vierges)


Vas honorabile
(Demeure comblée de gloire)


Vas insigne devotionis

(Demeure toute consacrée
à Dieu)

 


Sine labe concepta
(Immaculée conception)

 


Spes Terrae
(Terre d'espoir)

 


Maris Stella
(Etoile de mer)

On retrouve d'ailleurs ici les deux formes étoilées régulières qui poursuivent l'affaire de Rennes‑le‑Château :

 

 

Le pentacle, étoile à 5 branches et le sceau de Salomon, étoile à 6 branches...

 



La suite page suivante

 

 

 

         

Copyright © ‑ Tous droits réservés ‑ Jean‑Pierre Garcia ‑ http://www.rennes‑le‑chateau‑archive.com