> Sociétés secrètes et Ordres

 

 

Le Monument des Droits de l'Homme   1/2
Un édifice ésotérique...

Rennes‑Le‑Château ou l'histoire d'un grand secret

 

 

 

   Comme toujours, Rennes‑le‑Château mène à des découvertes qui sont parfois tout à fait insolites. Ce sujet qui m'avait été suggéré il y a longtemps par mon ami et complice Patrick Merle, un chercheur passionné, a tenu toutes ses promesses. L'analyse de ce monument édifié en toute discrétion par François Mitterand présente effectivement des détails remarquables très proches d'un ésotérisme pur et dur. Ceci aurait pu rester anecdotique si l'on n'y trouvait pas aussi  la fameuse citation de Nicolas Poussin "ET IN ARCADIA EGO" peinte sur le tableau culte de l'énigme "Les Bergers d'Arcadie". Et pourtant, il faut le souligner, il s'agit d'un monument tout à fait officiel consacré aux Droits de l'Homme.

Voyons plutôt... 

 

Sommaire

 

     Un édifice ésotérique ‑ Description générale

     Un temple initiatique ‑ Symbole et décryptage 

 

Son aspect général

Où peut‑on trouver
le monument ?

 

   Le monument est situé en plein Paris, non loin de la Tour Eiffel, et sur le Champ-de-Mars, face à la rue de Belgrade (coté avenue de la Bourdonnais)
 
   Mais inutile de chercher une quelconque indication ou un historique sur son implantation, il n'y en a pas. Ce monument est affiché au public en toute discrétion et il devait être posé à cet endroit précis...

 

GPS : 48° 51' 19" N     2° 18' 04" E

Le monument est aussi accessible par l'aide à la localisation


Le Monument des Droits de l'Homme
est sur le Champ-de-Mars
indiqué par le point rouge

(photo Google Earth)

 

Le Monument des Droits de l'Homme à Paris - Google maps

 


Le monument des Droits de l'Homme vu de haut
(au centre de l'image)

 

   D'une esthétique à couper au couteau, son aspect froid et son architecture rebutent. Aucune perspective ne le met en valeur dans les jardins, comme s'il avait été édifié là parce qu'il le fallait. Ce monument qui se trouve à deux pas de la Tour Eiffel n'est décidément pas engageant. Pour preuve, les quelques touristes qui se perdent dans le Champ-de-Mars et qui découvrent ce bloc de béton ont tous une réaction risible. De l'étonnement à l'incompréhension en passant par l'indifférence, les promeneurs finissent tous par dédaigner ce monstre de pierre. Et pourtant, ce ne sont pas les secrets qui manquent gravés sur ses quatre murs. Mais comme toujours, dans le pays des droits de l'Homme, la connaissance est réservée à ceux qui savent...

 


Le monument vu de face


La porte et ses colonnes

 

   L'architecture générale rappelle un ancien temple judaïque. Toutes les faces sont différentes et l'assimilation générale du monument est difficile. S'il est clair que l'esthétique du monument est plutôt discutable, l'absence totale d'indication, d'explication, ou d'une quelconque signature de l'édifice ajoute au mystère et à l'incompréhension.

 

  Quel est son but exact ? Célébrer les Droits de l'Homme ? Il existe pourtant déjà de nombreux lieux historiques à Paris qui rappellent l'anniversaire de sa constitution. En réalité, il s'agit ici de toute autre chose, un style secret et hermétique, comme on voudra...

   Chaque contour de pierre, chaque détail donne l'étrange impression que ce monument est un livre que l'on a bien voulu ouvrir au public pour qui sait le lire et l'interpréter...

 


Le monument de côté


Le monument de côté

 

Quelques détails surprenants

   Parmi les touristes plus attirés par la Tour Eiffel que par ce cube de béton étrange, certain, interloqué vont jusqu'à s'approcher pour comprendre, mais des surprises les attendent. Accrochés à la pierre austère, des formes, des animaux et des petites statues habitent le lieu. Il faut être très attentif et curieux, car ces détails sont discrets et parfois situés à des endroits inattendus...  

 


Détails de quelques centimètres
derrière les colonnes de la face avant


Un lézard immortalisé
tout en haut du monument

 

   Les façades sont inégales et incrustées de formes inattendues comme des triangles, des cercles ou des pyramides inversées.

 

   Pourtant, cette impression de désordre à la Prévert n'est qu'illusion. Derrière cette anarchie apparente d'objets et de formes se cache un ordre séculaire...

 

   Par exemple, en levant les yeux au-dessus de la porte, une ouverture circulaire affiche un animal dans une position étrange. À ce stade, le doute n'est plus permis.

 

   Voici un symbole que tous les férus d'occultisme et d'ésotérisme connaissent bien : "Le serpent qui se mort la queue" et que tout le monde a vu au moins une fois sans réellement comprendre sa signification...

 

   Nous sommes en présence d'un édifice qui visiblement cache une seconde lecture. C'est en faisant le tour du monument que l'on perçoit sa complexité. On y trouve des frises constituées de petits tableaux sculptés et incrustés en hauteur, des écussons, des noms de villes, des formes géométriques, des scènes bibliques ou égyptiennes. Le symbolisme est poussé à l'extrême.

 

 

   Il est surprenant de voir aussi sur l'estrade en pierre du monument des ouvertures d'aération comme s'il y avait un sous‑sol ou une salle...

 

Une porte très particulière

   Tout monument a une entrée. Ici, elle est mise en valeur par deux colonnes d'une sobriété glaciale. Mais en s'approchant, on est à la fois déçus et surpris. La porte est fermée et aucune serrure n'est visible. La déception se mêle alors à une certaine frustration. Voici un temple étrange dédié aux Droits de l'Homme et dont on interdit l'accès au simple citoyen.

   Mais en regardant de très près, il s'avère que cette porte de bronze délivre un secret, car il faut coller son nez à quelques centimètres de la structure pour découvrir la mesure du problème. La porte de bronze est entièrement ciselée de dessins et de messages.

 

   Cette porte est en réalité un puits de science. Les gravures sont tellement chargées que plusieurs clichés ont été nécessaires pour la saisir en entier. 


L'entrée et sa porte de bronze
entièrement ciselée

 

 

 

 

 

 

 

 

Les surprises continuent...

 

   Noyé parmi les dates et les noms, un message est particulièrement révélateur. À côté des dates de Nicolas Poussin, sa citation célèbre des Bergers d'Arcadie "ET IN ARCADIA EGO" suggère que le tableau trouve parfaitement sa place au sein du petit temple.

 

Néanmoins,
si certaines gravures sont compréhensibles,

d'autres le sont beaucoup moins...

 

   En faisant l'effort d'examiner la porte de bronze, une profusion de détails à la fois historiques et futuristes apparaissent.
   Pourquoi donc un tel inventaire? En y regardant de très près, nous avons là un réel feu d'artifice d'images sorties directement des plus belles bandes dessinées fictions.
Quel est donc le lien avec les Droits de l'Homme ?


Un objet sphérique ?

 

Une autre sphère posée en plein champ ?

 

Une soucoupe ou un tombeau sous une pyramide ?

 

Décidemment cette porte est loin d'être banale...

 

   Même les fausses poignées de la porte possèdent des symboles occultes comme ces deux tortues.

 

 

   Si le but est d'étourdir le curieux, c'est réussi, mais je doute fort que cet étalage de symboles soit bien assimilé par le grand public... 

 

 

   La porte comprend aussi des formules franc‑maçonnes célèbres :

 

 

   Caché au milieu de la porte nos avons peut être un début d'explication de ce tourbillon du savoir, puisque le titre est : "exposition du système du monde"... Rien que çà... Notez aussi cette phrase particulièrement obscure :

 

Ateliers des ouvriers destinés à la fabrication
des Cercles placés au centre de quatre Routes

 

 

Les deux obélisques

   À l'arrière du monument, deux obélisques sombres donnent une esthétique égyptienne à l'ensemble. Les obélisques ne sont pas en reste d'écritures symboliques. Elles sont couvertes d'inscriptions et de signes maçonniques.

 

 

 

 

   Sur la colonne de droite, notez le parallèle qui est fait entre les Tables de la Loi et la Déclaration des Droits de l'Homme. Rien n'est dû au hasard.

 

Les statues de bronze

   Deux statues de bronze ornent le monument, mais aucune indication claire ne permet de les identifier. Comme tout le reste, elles sont couvertes d'inscriptions et de symboles hermétiques.

 

 

   Ceux qui aiment le déchiffrage et le mystère des détails seront comblés. Les statues regorgent de références dans des domaines très variés et dans des représentations très différentes. Car cette profusion de textes et de dessins historiques a été savamment choisie. De plus, on a pris un soin particulier à rendre accessibles certains messages plus que d'autres. Un exemple se trouve sur le rebord de la toge de l'une des statues.

 

   Une suite de cartouches hébraïques émaillés d'écussons et de profils décorent la tunique de haut en bas. Tous les textes sont verticaux et en Hébreux. Tous sauf un, horizontal.

 

Exode chap. XXXIV
Ancien Testament

 

Et si l'on se réfère à ce chapitre, voici ce que l'on peut lire :

 

Extrait de l'Exode 34 :

 

[ Yahweh dit à Moïse : Taille‑toi deux tables de pierre comme les premières tables que tu as brisées. Sois prêt demain de bonne heure, et tu monteras dès le matin sur la montagne du Sinaï, et tu m'y attendras sur le sommet de la montagne. Personne ne doit monter avec toi ; personne non plus ne doit être vu sur toute la montagne ; que les brebis mêmes et les bœufs ne paissent pas du côté de cette montagne. Moïse tailla deux tables de pierre semblables aux premières, et, s'étant levé de bonne heure, il monta sur la montagne du Sinaï, ainsi que Yahweh le lui avait ordonné ; il prit dans sa main les deux tables de pierre. Yahweh descendit dans la nuée, se tint là auprès de lui et proféra le nom de Yahweh. Yahweh passa devant lui et s'écria : Yahweh, Yahweh. Dieu miséricordieux et propice, patient, riche en bienveillance et en fidélité, gardant sa grâce à mille générations, pardonnant l'iniquité, l'infidélité et le péché ; mais il ne laisse pas impuni, vengeant l'iniquité des pères sur les enfants et sur les enfants des enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération. Aussitôt Moïse s'inclina jusqu'à terre et se prosterna en disant : Si j'ai trouvé grâce à tes yeux, Seigneur, que le Seigneur marche au milieu de nous ; car c'est un peuple rebelle ; mais tu pardonneras nos iniquités et nos péchés et tu nous prendras pour ton héritage. Yahweh répondit : Voici que moi, je fais une alliance ; en présence de tout ton peuple je ferai des prodiges tels qu'il n'en a pas été opéré sur toute la terre et parmi toutes les nations ; et tout le peuple au milieu duquel tu vis verra l'œuvre de Yahweh. Prends bien garde à ce que moi je t'ordonne aujourd'hui...]

 

Inutile de rappeler que ces Tables de la Loi finiront dans l'Arche d'alliance...
 

Ce monument est décidément un puits d'intelligence où toutes les gravures ont été  sélectionnées pour apporter une cohérence à l'ensemble. L'oeuvre a dû nécessiter de nombreuses heures de recherche et de sélection pour arriver à construire une telle exposition du monde. Mais de quel monde s'agit‑il ?

 

L'un des socles des statues.

 

 

Chaque surface est une prétexte à afficher des extraits de livre sacré ou une illustration liée à l'architecture, la cartographie, ou la science.

 

L'œil divin

   Et comme pour nous faire comprendre que la connaissance suprême n'est accessible qu'à une élite, voici un œilleton discret et bien mis en scène. Cet oeilleton est destiné à attirer les curieux. Car tout est symbole, et seuls ceux qui ont quelques notions de géométries sacrées et d'art ésotérique et symbolique comprendront les réelles intentions de cet ensemble insolite.

   Sur la façade arrière, entre les deux colonnes, trois trous marquent le sommet d'un A majuscule. Au milieu, un petit triangle équilatéral large d'environ 6 cm invite l'observateur à venir y voir de plus près. 

 

   L'invitation est d'ailleurs fort réussie, car si la plupart des visiteurs passent rapidement devant le monument surpris, cette œilleton est très sollicité.

 

   Qui y a‑t‑il derrière ce mur ? Est‑ce un simple jeu de l'esprit destiné à nous rendre plus attentifs ? Ou s'agit‑il d'une théâtralisation de quelques secrets bien gardés ?

 

 

   L'œilleton n'est nullement là pour nous laisser admirer quelques détails (ni les photographier) mais plutôt pour nous confier qu'il existe de l'autre côté du mur une connaissance non divulguée, un lieu interdit au public. La frustration est grande et c'est le but recherché par les élites : la connaissance est présente... mais inaccessible.

 

   Serions-nous en marge des mystères de Rennes‑le‑Château ? Absolument pas, car nous retrouvons là les ingrédients classiques de l'affaire qui sont ceux de l'accessibilité à la connaissance. Je ne veux pas parler de celle que l'on apprend sur les bancs de l'école, mais plutôt de celle réservée à une élite, celle qui révèle les secrets que l'on cache aux communs des mortels.

 

   Ce monument est peut‑être celui des Droits de l'Homme, mais il est surtout l'exposé d'une connaissance du monde par des initiés...

 

 

La suite page suivante

 

 

 

     

Copyright © ‑ Tous droits réservés ‑ Jean‑Pierre Garcia ‑ http://www.rennes‑le‑chateau‑archive.com